Inocybe mixtilis / Inocybe à bulbe marginé

Détails

Domaine : Eucaryote

Règne : Fungi

Phylum : Basidiomycota

Sous phylum : Agaricomycotina

Classe : Agaricomycetes

Sous classe : Agaricomycetidae

Ordre : Agaricales

Famille : Inocybaceae

Genre : Inocybe

Espèce : Inocybe mixtilis (Britzelm.) Sacc.

Littérature : Saccardo, P.A. 1887. Sylloge Hymenomycetum, Vol. I. Agaricineae. Sylloge Fungorum. 5:1-1146

Auteur : Claude Kaufholtz-Couture

Derniere mise à jour : Sep 20, 2018

Description

Pileus : 10-40 mm Ø, conique-convexe, conique, campanulé à subétalé, avec papille arrondie ou ombon indistinct brun foncé, soyeux-viscidule, vite sec, fibrilleux puis fibrilleux-rimeux avec l'âge, de couleur peu variable, brun pâle, jaune ocré au début, puis jaune fauve à cuivré, à marge récurvée, parfois couvert de restes blancs du velipellis

Lames : adnées à adnexées, sinuées, larges, avec lamelles et lamellules, serrées à subserrées, crème à gris pâle, puis jaune olive, brun olive à brun grisâtre, brun à ambre, à arêtes ciliées, concolores aux faces

Stipe : 20-70 x 2-5 mm Ø, cylindrique, ± égal à flexueux, avec bulbe marginé, pruineux sur toute sa longueur, blanchâtre au début, puis crème à crème jaunâtre avec teinte de jaune ocre, avec base bulbeuse marginée

Cortine : absente

Chair : mince, blanche à crème jaunâtre, à ± verdâtre, immuable

Exhalaison : indistincte, fongique à spermatique (pipéridine)

Saveur : fongique à spermatique (pipéridine)

Syndrome : muscarinien ou sudorien
La toxine responsable est la muscarine.

Symptômes : Apparition rapide entre 30 minutes et 6 heures après l'ingestion, mais qui n'entrainent pas la mort.
Sudation très importante, hypersécrétion salivaire, nausées, vomissements, diarrhées

Comestibilité : NON

Sporée : brun rouille à brun cannelle; en amoncellement

Basides : courtement claviformes-piriformes, parfois utriformes, à très légèrement déformées-flexueuses, bisporiques à tétrasporiques, stérigmates jusqu'à 4 µm de longueur, bouclées à la base, avec contenu granuleux, à paroi mince, 19,2-34 × 5,9-12,9 µm en moyenne

Basidiospores : goniosporées, noduleuses-anguleuses avec 8-10 bosses assez haute et obtuses, à silhouette subpolygonales, à paroi mince à légèrement épaissie, avec appendice hilaire pas toujours bien distinguable, pore germinatif non visible, à contenu uniguttulé, brun pâle à ± brun rougeâtre dans l'eau glycérinée 20%, brun rougeâtre dans le KOH 2%, pas de réaction dans le melzer, non cyanophiles
(6,3) 6,7-8,7 (9,1) × (4,4) 5,6-7 (7,4) µm
Q = 1-1,4 (1,7); N = 30
Me = 7,6 × 6,2 µm; Qe = 1,2
(Piximètre, formule classique; mesures issues d'une sporée, dans l'eau glycérinée 20%)

Paracystides : abondantes, piriformes, clavées, sphéropédonculées, à paroi mince, situées sur l'arête lamellaire, 8,2-28,4 × 5,8-10,25 (10,3) µm en moyenne

Cheilolamprocystides : nombreuses, métuloïdes fusiformes à largement fusiformes, ± ventrues, lagéniformes, rarement ovoïdes, à paroi fine à épaisse 1,5-3 µm, réaction ammoniaco-négative (AN-) dans l’ammoniaque 50%, (27,4) 64,2-74,5 (74,6) × (11,1) 19,4-21,2 (24,0) µm

Pleurolamprocystides : abondantes, polymorphes, métuloïdes, fusiformes à largement fusiformes, ± ventrues, lagéniformes, à paroi moyenne à épaisse 2-4 µm, réaction ammoniaco-négative (AN-) dans l’ammoniaque 50%, (29,4) 67,1-74,5 (90,8) × (10,2) 19,7-22,3 (29,2) µm

Caulocystides médianes : nombreuses à abondantes, polymorphes, de type métuloïdes fusiformes à largemet fusiformes, lagéniformes à sublagéniformes, à paroi fine à épaisse 0,8-4,5 µm, réaction ammoniaco-négative (AN-) dans l’ammoniaque 50%, (23,7) 59,9-77 (82,7) × (14,1) 18,5-23,2 (23,5) µm, ellipsoïdes ovoïdes 27,1-31,76 (31,8) × 8,4-11,4 µm en moyenne, en faisceaux

Caulocystides sommitales : abondantes, polymorphes, de type métuloïdes fusiformes à largement fusiformes, lagéniformes à sublagéniformes, rarement ovoïdes, à paroi moyenne à épaisse 2-3,5 µm, réaction ammoniaco-négative (AN-) dans l’ammoniaque 50%, (25,9) 56,7-88,3 (89,4) × (10,6) 19,9-27,4 (35,2) µm en moyenne, clavées 29,8-30,8 × 8,9-9,9 µm en moyenne, et ovoïdes 30,9-34,7 × 15,6-16,5 µm en moyenne, en faisceaux, rarement solitaire

Cauloparacystides : médianes et sommitales, nombreuses, piriformes à sphéropédonculées, à paroi mince, 13-18,7 × 4,2-9,7 µm

Pileipellis : en cutis (ixocutis) avec suprapellis d'environ 50-55 µm de profondeur, parallèle à hyaline entrelacées, avec hyphes agglutinées 2-3,5 µm de Ø, avec granulations hyalines, le subpellis est composé d’une couche d’environ 65 µm de profondeur, compacts, avec des hyphes entrelacées entre 5,5-13 µm de Ø, avec des hyphes à pigmentations incrustées brun foncé à brun pâles

Boucles : observées dans la trame lamellaire

Mode de croissance : isolé, dispersé, grégaire ou en petit groupe

Biotopes : pousse dans un sol sableux, sous feuillus, Quercus, Pinus, en milieu ouvert, au potentiel hydrogène (pH) 4-6

Phénologie : de juillet à août

Distribution : occasionnel à commun

Réactions macrochimiques :

  • Réactif d'Ehrlich (Paradiméthylaminobenzaldéhyde ou P.D.A.B.) = 0; lames deviennent rose pourpre faible (présence d’indole)

Articles :

  • Kaufholtz-Couture, Claude. Interactive key of Inocybe - v01 (Mar 2018), Fungiquebec
  • Kropp, Bradley R.; Matheny, P. Brandon, et al. Phylogenetic taxonomy of the Inocybe splendens group and evolution of supersection «Marginatae», Mycologia, 102(3), 2010, pp. 560-573, 14 p.
  • Kuo, Michael,; Matheny, P. Brandon. Contemporary documentation of the rare eastern North American species Inocybe insignis (Inocybaceae, Agaricales), MycoKeys 11:23-31 (2015), 9 p.
  • Kuyper, Thomas W.. Begin eens met… Vezelkoppen (Inocybe) - 2. Voorlopige Determinatiesleutel tot de Knobbelsporige Vezelkoppen, Coolia 49(1): 11-17, 2006, 7 p.
  • Lecomte, Marcel. Vous avez dit P.D.A.B. ?, Bulletin de l’Association des Mycologues Francophones de Belgique 2014/07, p. 4, 1 p.
  • Matheny, P. Brandon,; Moreau, Pierre-Arthur. A rare and unusual lignicolous species of Inocybe (Agaricales) from eastern North America, Brittonia, 61(2), 2009, pp. 163-171, 9 p.
  • Matheny, P. Brandon, et al. A common new species of Inocybe in the Pacific Northwest with a diagnostic P.D.A.B. reaction, Mycologia, 105 (2), 2013, pp. 436-446, 11 p.
  • Matheny, P. Brandon. Key to Species of Inocybe from eastern North America, v04 (23-Dec-2017), University of Tennessee

Publications :

  • Bon, Marcel, Clé monographique du genre Inocybe, Association d'Écologie et de Mycologie, Lille; Documents Mycologiques, tome 27; Fascicule N° 105, avril 1997; Fascicule N° 108, décembre 1997; Fascicule N° 111, juin 1998
  • Bresadola, Ab. Dr. J.; Alessio, C. L., Iconographia Mycologica, Vol. XXIX, Inocybe, Società Botanica Italiana, 1980, 367 p. et supplément
  • Esteve-Raventós, F.; Bandini, D.; Oertel, B.; González, V.; Moreno, G.; Olariaga, I.. Advances in the knowledge of the Inocybe mixtilis group (Inocybaceae, Agaricomycetes), through molecular and morphological studies, Persoonia 41, 2018, 213-236.
  • Ferrari, Erminio. Inocybe alpine e subalpine Il genere Inocybe (Fr.) Fr. nel Nord Italia e paesi limotrofi, Fungi non Delineati, pars 34-36, Edizioni Candusso, 2006, 464 p.
  • Grund, D. W.; Stuntz, D. E. Nova Scotian Inocybes, Revue Mycologia, 126 p. vol. 60, 1968, Inocybe 1; vol. 62, 1970, Inocybe 2; vol. 67, 1975, Inocybe 3; vol. 69, 1977, Inocybe 4; vol. 72, 1980, Inocybe 5; vol. 73, 1981, Inocybe 6; vol. 75, 1983, Inocybe 7; vol. 76, 1984, Inocybe 8
  • Kuyper, Thomas W. A revision of the genus Inocybe in Europe I. subgenus inosperma and the smooth-spored species of subgenus Inocybe, Rijksherbarium, Leiden 1986, 134 p.
  • Murrill, William Alphonso,; Kauffman, Calvin Henry, ; Overholts, Lee Oras, Agaricaceae (Murrill); Inocybe (Kauffman); Pholiota (Overholts), North American Flora, The New York Botanical Garden, vol. 10 part 4, 1924, 54 p.
  • Stangl, Johann. Guida alla determinazione dei funghi Vol. 3° Inocybe, Saturnia, 1e Edizione italiana, 1991, 437 p.

Publications microscopiques :

  • Kaufholtz-Couture, Claude. Étude des caractères microscopiques des champignons de la classe des Basidiomycètes, Module 1, les basidiospores, ouvrage collectif sous la direction de, 2e édition, Québec, 2016.
  • Kaufholtz-Couture, Claude. Étude des caractères microscopiques des champignons de la classe des Basidiomycètes, Module 2, les basides, les hyménocystides et les trames lamellaires, ouvrage collectif sous la direction de, 2e édition, Québec, 2016.
  • Kaufholtz-Couture, Claude. Étude des caractères microscopiques des champignons de la classe des Basidiomycètes, Module 3, les pileipellis, les stipitipellis, les dermatocystides, les voiles partiels et les acantocytes, ouvrage collectif sous la direction de, 2e édition, Québec, 2016.
  • Kaufholtz-Couture, Claude. Étude des caractères microscopiques des champignons de la classe des Basidiomycètes, Module 4, la chair ou le contexte, les hyphes spécialisées, le système hyphal et les pigments, ouvrage collectif sous la direction de, 2e édition, Québec, 2016.
  • Kaufholtz-Couture, Claude. Étude des caractères microscopiques des champignons de la classe des Basidiomycètes, Module 8, les Inocybes, ouvrage collectif sous la direction de, 1e édition, Québec, 2016.

Synonymie :

  • Agaricus mixtilis Britzelm., Berichte des Naturhistorischen Vereins Augsburg 28:152 (1885)

Commentaires : De Claude Kaufholtz-Couture. « Les cristaux apicaux de la collection cKc0341 et cKc0391. Dans l'observation des cristaux apicaux, j'ai relevé, avec une observation au 40x, que le sommet des cystides (cheilocystides et pleurocystides) possède entre 5 et 10 crochets. Chaque sommet se compose de 5 à 10 (11) crochets, dont 2 (3) sont bifides et les autres entiers. C'est avec le temps que l'on pourra tirer une conclusion de cette observation. »
« La Nigrosine donne de beaux contrastes aux cystides et colore leur contenu. »
« Collection étudiée sur matériel déshydraté. »
« Sous-genre Inocybe, Section Marginatae, Sous-section Praetervisae
Clé d'après la clé de Fatto: B C E H K M N Q + mix; ressemble aussi à Inocybe earleana = B C E H K M N Q + mix »
De Yves Lamoureux. « Il s'agit d'un bulbe marginé typique des Inocybes dits bulbeux. Ici le bulbe est bien visible, même s'il est petit, d'où l'importance de cette photo. La marge du bulbe est bien visible. Dans de tels cas, il faut parfois vérifier la base du stipe par une coupe longitudinale du basidiome, c'est préférable. La base est souvent si enrobée dans de la terre dense qu'on la voit mieux en coupe. De plus, cette terre très adhérente est difficile à décoller complètement du stipe sans le briser; des petits morceaux du bulbe se brisent inévitablement. »

Collections

Fongarium Date de cueillette Planche micrographique Géolocalisation Élévation Déterminée Confirmée
cKc0341 15 juillet 2015
cKc0341-0124
Claude Kaufholtz-Couture Y. Lamoureux / E. Ferrari
cKc0391 3 août 2015
cKc0391-0125
Claude Kaufholtz-Couture Y. Lamoureux
cKc0642 14 août 2017
cKc0642-0203
Claude Kaufholtz-Couture Y. Lamoureux / A. Ferville

Photos

À propos

Ce site liste l'étude morphologique et micrographique des champignons du Québec par Claude Kaufholtz-Couture.

Liens